Accueil

Accueil

Contrôle technique : Renforcement de l'opacité des diesels

Par: Thibault Dumoulin Dans: Les nouveautés automobiles Sur: Commentaire: 0 vues: 322

Contrôle technique : Renforcement de l'opacité des diesels

Le Contrôle technique de l’opacité des diesels se renforce

La FNA vous dit tout

Le contrôle de l’opacité des véhicules diesels datait de 1996 et était adapter aux motorisations de cette époque comme des Renault 25, des Peugeot 505 ou Citroën Bx Diesels. Depuis, les législations européenne ou nationale se sont renforcées et ont imposé aux constructeurs des motorisations moins polluantes afin d’en réduire l’impact sur l’environnement.

Au niveau du contrôle technique, la procédure n’avait pas évolué et était devenu obsolète.

Le 1er juillet 2019, le contrôle technique de l’opacimétrie des fumées de véhicules diesels se renforce pour être en adéquation avec les nouvelles motorisations. Initialement prévue au 1er janvier, cette mesure avait été reportée compte tenu du contexte du mouvement des gilets jaunes. Depuis, beaucoup d’encre a coulé sur le sujet. La FNA souhaite faire un point d’étape.

En quoi le contrôle se renforce ?

Conformément à la volonté du Législateur et notamment de la Loi no 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique, le contrôle technique s’est renforcé pour mieux mesurer les émissions polluantes émanant de l’échappement des véhicules légers.

Un arrêté du 21 décembre 2017 prévoyait notamment la mise en œuvre au 1er janvier 2019 pour les véhicules diesel, d’un contrôle de l'opacité des fumées renforcé conformément à la norme NF R10-025 : 2016. Cette norme implique un renforcement de la procédure de contrôle et un nouveau mode de calcul, ayant pour effet de durcir le résultat. La nouveauté réside dans l’abaissement des seuils au niveau des valeurs d’homologation, plus sévères que les seuils réglementaires actuels, essentiellement pour les véhicules récents et un renforcement de la procédure de contrôle la rendant plus précise.

Quel changement dans la méthode ?

La méthodologie du contrôle ne présente pas de différence majeure. La nouvelle norme exige une suite d’accélération avec un moteur tournant au ralenti en actionnant rapidement, mais sans brutalité, la commande de l’accélérateur de façon à obtenir le régime de coupure de l’alimentation.

Sur la base de critères fondés sur le régime du moteur (remontée du compte tour), l’opacimètre va, vérifier que le véhicule respecte le profil de chaque accélération. A défaut, la norme prévoit alors un maximum de 7 accélérations (contre 5 précédemment).

La fin du report engendre deux conséquences

Au 1er juillet, ce sera désormais la valeur d’homologation selon la norme NF R 10025/2016 qui fera foi. Les centres équipés selon la nouvelle norme ont pu anticiper les conséquences au 1er juillet.

  • Application des valeurs d'homologation comme limite à la mesure de l'opacimétrieLe seuil d’homologation est le seuil limite de pollution que le constructeur s’engage à ne pas dépasser.
  • Levée de la marge de tolérance de 20% appliquée sur les valeurs limites d’opacimètrie. Ce temps a également permis de limiter les divergences de résultats entre les équipements et de permettre aux centres retardataires d’être prêts. 

Où le centre peut-il trouver ces valeurs ?

  • La valeur est renseignée dans la base OTC: la valeur limite d’opacité sera directement transmise à l’opacimètre.
  • La valeur n'est pas renseignée : il faut prendre en compte la valeur plaquée sur le véhicule et la saisir dans le logiciel.
  • En l’absence de valeur connue : utiliser les valeurs par défaut renseignées dans l’instruction technique -IT VL F8.

Les constats remontés par les centres

  • Euros 3 (Avant 2006) ne sont pas renseignés dans la base OTC,

→ N’étant pas renseigné, le centre se basera sur les valeurs réglementaires actuelles. Attention tout de même, la procédure reste renforcée (accélération).

  • Euros 4 (2006-2011) Environ 60% des Véhicules EURO 4 sont dans la base OTC (véhicules mis en circulation entre 2006 et 2011)

→ Ces véhicules au kilométrage élevé sont à regarder attentivement par les réparateurs qui assurent l’entretien pour les aider à passer le cap.

  • Tous les euros 5 (2011 -2015) et 6 sont renseignés.

Les conseils à donner aux clients

La FNA œuvre depuis la mise en place du contrôle technique pour que cette prestation ne soit pas assimilée par les pouvoirs publics comme une taxe mais bien comme un levier en faveur de la sécurité routière en agissant sur l’entretien du parc roulant. Cette mission quasi de service public peut être atteinte que si la réglementation relative au contrôle technique conserve un volet préventif.

Pour la FNA, il est au contraire primordial que l’usager soit pleinement informé de l’état réel de son véhicule. Plus le professionnel est en capacité de signaler en amont un défaut, même en germe, plus il permet aux consommateurs d’anticiper certaines dépenses contribuant ainsi à les aider à conserver leur véhicule en bon état d’entretien. Cela est tout particulièrement légitime s’agissant des organes de sécurité tels que le freinage, la direction, ou les éléments du train avant.

(source de l'article : www.fna.fr)

Dans la même catégorie

Related by Tags

Commentaires

Laissez votre commentaire